A table !

Ah mais quel salaud ce Thierry F. !

De toute façon ça ne m’étonne pas, car on ne m’ôtera pas de l’idée que tous ces chômeurs sont hostiles au riche patronat.

Mais qu’il ne face pas le fier, car le système va le rattraper quand il touchera ses droits d’auteurs !

Il verra bien en devenant un ancien pauvre, voir peut-être même un nouveau riche, que la vie n’est pas si belle que ça pour un nanti, pas forcément sémite.

Fini l’existence simple de l’individu au ventre vide qui a pour seul préoccupation de savoir comment le remplir. Haha ! je l’attends au tournant, ce gredin, quand il lui faudra gérer un compte en banque dont il cherchera à limiter la baisse de l’augmentation de l’intérêt sur le capital, ce ne sont pas là choses aisées dont le premier venu puisse se vanter.

Sans compter que ses anciens compagnons de galère ne manquerons pas de voir en lui un salaud de capitaliste qui pourrait dilapider ses richesses pour le plaisir du plus grand nombre au lieu de se noyer sous l’opulence.

Je vous le dis, ces gens ne sont pas comme nous - enfin en tout cas pas comme moi.

Que voulez-vous, la compréhension des ambitions nationales, voir internationales, leur est inaccessible. Imaginez que pour ces individus la capacité qu’ils ont, ou pas, de se remplir la panse, leur semble plus importante que la gestion de nos capitaux. Ils ne se rendent pas compte qu’avec leurs préoccupations bassement matérielles, c’est tout l’économie d’un pays qu’ils mettent en péril !

Mais je ne leur en tient pas rigueur; il est vrai qu’à se tenir trop longtemps éloigné des réalités de la vie moderne, on en oublie les efforts quotidiens qu’il nous appartient de faire pour maintenir la cohésion du tissu social.

Ah si tous ces pauvres pouvaient être riches pour quelque temps, je suis sur qu’ils nous seraient bien plus reconnaissants de tout ce que nous faisons pour eux !

Laisser un commentaire

Vous devez être connecté pour ajouter un commentaire.